Reconnu dans le milieu mais parfois un peu oubliĂ©, le mĂ©tier d’ouvreur en escalade est indispensable. Ces hommes et femmes de l’ombre travaillent pour nous permettre de grimper en toute sĂ©curitĂ© et en se faisant plaisir. MĂȘme si c’est avant tout une passion, ça n’en reste pas moins un mĂ©tier encadrĂ© et qui nĂ©cessite des formations. On vous explique tout ! 😊

Qu’est-ce que le mĂ©tier d’ouvreur en escalade ?

Ouvrir indoor

Aujourd’hui quand on parle du mĂ©tier d’ouvreur en escalade, on parle surtout des ouvreurs en salle d’escalade et en compĂ©tition. Dans ces contextes, l’ouvreur est celui qui imagine les voies et Ă©quipe les murs en prises. Il arrive qu’on les voit faire pendant nos sĂ©ances en salle. On peut quelques fois avoir l’impression que c’est simple, que leur mĂ©tier consiste Ă  simplement placer des prises au mur, mais l’essence mĂȘme n’est pas lĂ .

La composante principale du mĂ©tier d’ouvreur en escalade c’est d’imaginer et crĂ©er un ensemble cohĂ©rent, variĂ© et adaptĂ© au public accueilli. Chaque ouvreur a Ă©videmment son style en fonction de son vĂ©cu de grimpeur, de ses prĂ©fĂ©rences et aussi de son niveau. Mais tout l’enjeu est justement de prendre du recul sur sa propre expĂ©rience, se remettre en question et adapter son ouverture au public visĂ©.

« Est-ce que cette ouverture est trop facile ? Trop difficile ? Pas assez dynamique ? Les mouvements sont intĂ©ressants ? Est-ce qu’on fait travailler diffĂ©rentes compĂ©tences de grimpe ? »

Ce sont des questions qu’un ouvreur doit constamment se poser !

Le plus souvent les ouvreurs travaillent en Ă©quipe et rĂ©flĂ©chissent ensemble pour Ă©tablir un ensemble cohĂ©rent. Ainsi, chacun peut apporter sa petite touche aux propositions des autres et le travail en Ă©quipe permet de se remettre en question plus facilement. Bref, le mĂ©tier d’ouvreur en escalade nĂ©cessite aussi d’avoir un bon relationnel et de savoir s’intĂ©grer dans une Ă©quipe !

Ouvrir outdoor

Sachez qu’on peut aussi ouvrir des voies en milieu naturel. Quand on ouvre une voie en falaise, on l’Ă©quipe pour les grimpeurs suivants. Souvent, on la dĂ©couvre en mĂȘme temps qu’on l’ouvre. Mais une voie en falaise est moins restrictive qu’une voie en salle avec des prises prĂ©dĂ©finies. En falaise, l’ensemble de la paroi est Ă  votre disposition et vous pouvez vous servir de tout ce que vous jugez utile comme prise. On a donc un peu plus de libertĂ© en milieu naturel !

Les ouvreurs en milieu naturel n’Ă©quipent pas des voies au hasard. Que ce soit Ă  la demande de la FĂ©dĂ©ration Française de la Montagne et de l’Escalade (FFME) ou en collaboration avec les acteurs locaux, l’objectif est toujours de veiller au respect d’un site naturel. La gestion des sites dĂ©jĂ  existants et leur maintien aux normes est aussi un enjeu trĂšs important et de plus en plus Ă©voquĂ© parmi les ouvreurs.

Comment devenir ouvreur ?

Vous aurez sans doute compris qu’un ouvreur est avant tout un grimpeur, et plutĂŽt un trĂšs bon ! Ce n’est pas indispensable mais ça aide beaucoup. Les qualitĂ©s premiĂšres restent avant tout la crĂ©ativitĂ©, la capacitĂ© Ă  adapter son ouverture Ă  son public, la capacitĂ© Ă  sans cesse se remettre en question. Un bon ouvreur n’est certainement pas celui qui a le meilleur niveau mais celui qui sait proposer des palettes de voies trĂšs diffĂ©rentes et Ă  la fois cohĂ©rentes.

Au-delĂ  des qualitĂ©s de la personne, sachez que des formations sont indispensables pour pouvoir pratiquer le mĂ©tier d’ouvreur en escalade.

En milieu naturel

MĂȘme si cet aspect relĂšve davantage de la passion que du mĂ©tier Ă  proprement parler (on entend par lĂ  mĂ©tier qui rapporte un salaire), il est nĂ©cessaire de se former pour pouvoir travailler avec les clubs et fĂ©dĂ©rations.

La FFME propose une formation « Equipeur site sportif escalade« . Elle dure 25 heures et couvre autant les aspects d’Ă©quipement de la voie en site sportif que la maintenance des Ă©quipements ou encore le respect de l’environnement et de la rĂ©glementation.

En salle d’escalade

La pratique de l’escalade se dĂ©mocratise et les salles d’escalade se multiplient en France. Qui dit plus de salles, dit plus d’ouvreurs ! Toutes les salles n’ont pas les mĂȘmes attentes pour l’embauche de leurs ouvreurs, que ce soit en termes de niveau ou d’expĂ©rience, mais sachez que la FFME propose une formation d’ouvreur de club. Elle vous donnera les bases Ă  connaĂźtre pour exercer le mĂ©tier d’ouvreur en escalade ainsi que les consignes de sĂ©curitĂ© Ă  respecter.

En compétition

Pour ĂȘtre ouvreur en compĂ©tition, il est indispensable d’avoir un brevet fĂ©dĂ©ral. La FFME (encore et toujours) propose diffĂ©rentes formations qui permettent Ă  un ouvreur d’exercer sur des compĂ©titions rĂ©gionales ou nationales, en tant qu’ouvreur ou chef ouvreur. Pour chacune d’entre-elles, un niveau minimum diffĂ©rent est requis. Il varie selon le niveau de la compĂ©tition : par exemple, on demandera Ă  un ouvreur rĂ©gional de passer du 7a, et Ă  un ouvreur national, du 8a+. Il y a beaucoup de prĂ©-requis pour ces brevets et les formations sont plus longues.

On peut aussi ĂȘtre ouvreur international. Le parcours est plus long et il faut obtenir un diplĂŽme d’ouvreur international dĂ©livrĂ© par la fĂ©dĂ©ration internationale d’escalade. Ce diplĂŽme s’adresse surtout aux anciens athlĂštes lorsqu’ils dĂ©cident de mettre fin Ă  leur carriĂšre en tant que grimpeurs professionnels.

Pssst! Vous pouvez retrouver ici la liste des brevets fédéraux proposés par la FFME.


De plus en plus recherchĂ©, le mĂ©tier d’ouvreur en escalade est en plein essor. Que vous soyez un passionnĂ© qui veut ouvrir en milieu naturel ou que vous souhaitiez en faire votre mĂ©tier en SAE ou en compĂ©tition, tout est possible !

Vous pouvez faire de votre passion, un mĂ©tier, Ă  condition d’avoir un trĂšs bon niveau et de suivre une formation adaptĂ©e. Ouvreur n’est pas la seule possibilitĂ© ! Avec l’explosion des salles et clubs d’escalade, on a besoin de coordinateurs et aussi de moniteurs. Renseignez-vous autour de vous et n’hĂ©sitez plus si vous voulez vivre de votre passion ! 😉