L’escalade a su faire sa place au fil du temps, et en faire vibrer plus d’un ! Elle a Ă©crit sa propre histoire oĂč chaque souvenir fut dĂ©posĂ© sur un bout de rocher, au sommet d’une cime, et mĂȘme dans certains Ă©crits personnels de grimpeurs dont grands nombres nous ont inspirĂ©s ! Mais remontons un peu le temps pour mieux comprendre sa naissance, ainsi que l’Ă©volution des techniques et du matĂ©riel d’escalade.

📜 Un peu d’histoire …

La pratique de l’escalade est apparue Ă  la fin du 19Ăšme siĂšcle, marquĂ©e par la crĂ©ation des premiers clubs alpins. Le terme « Club Alpin Â» dĂ©rive de l’Alpine Club, une organisation britannique crĂ©Ă©e en 1857, qui regroupait un certain nombre d’aristocrates anglais en quĂȘte d’aventures et de dĂ©couvertes scientifiques.

Avant de devenir un sport Ă  part entiĂšre et d’ĂȘtre accessible Ă  tous avec l’émergence de nombreuses salles d’escalade, cette activitĂ© Ă©tait donc rĂ©servĂ©e aux alpinistes. En 1932 est crĂ©Ă©e l’Union Internationale des Associations d’Alpinisme (UIAA) Ă  Chamonix, ayant pour but de coordonner la pratique de l’escalade, qui Ă©tait jusqu’alors bien diffĂ©rente d’un pays Ă  un autre.

Cependant, les pratiques d’escalade en montagne ont commencĂ© Ă  donner de plus en plus de challenges aux grimpeurs, avec des courses rocheuses d’alpinisme bien plus engagĂ©es. Ces derniers ont alors commencĂ© Ă  considĂ©rer l’escalade comme une mĂ©thode d’entrainement. Ils se rendaient aux pieds des falaises afin de prĂ©parer leurs futures ascensions.

Certains lieux sont alors devenus rĂ©putĂ©s pour ĂȘtre les berceaux des pratiques de l’escalade, comme Fontainebleau oĂč Pierre Allain fut l’un des premiers alpinistes français Ă  y dĂ©poser les bases du bloc. Les falaises de Dresde en Allemagne et de Lake District en Angleterre sont aussi des terrains de jeux clĂ©s Ă  la naissance de l’escalade. Et bien Ă©videmment… le Yosemite, lieu culte des grimpeurs, oĂč les pionniers amĂ©ricains ont rapidement mis la barre trĂšs haute !

Vallée du Yosemite

Durant tout le 20Ăšme siĂšcle, l’Ă©volution des techniques et du matĂ©riel d’escalade a permis une dĂ©mocratisation de ce sport Ă  travers diffĂ©rents pays.

⚙ L’Ă©volution des techniques d’escalade

Les techniques d’escalade de l’Ă©poque Ă©taient assez rudimentaires.

L’encordement

Au dĂ©but des pratiques de l’escalade, le baudrier n’ayant encore pas vu le jour, les grimpeurs Ă©taient obligĂ©s de s’encorder directement autour de leur taille.

Mais pendant de nombreuses annĂ©es, l’utilisation de la corde a Ă©tĂ© longuement discutĂ©e. Grimper sans ce lien, devenu aujourd’hui indispensable Ă  la sĂ©curitĂ© de deux compagnons, Ă©tait perçu comme un mĂ©rite. Les cordes Ă©taient en chanvre, et n’Ă©taient pas assez rĂ©sistantes. La chute Ă©tait interdite !

L’assurage entre deux grimpeurs Ă©tait rĂ©alisĂ© grĂące Ă  la friction de la corde sur les vĂȘtements de l’assureur : ce dernier passait la corde autour de son Ă©paule, ce qui pouvait suffire Ă  freiner ou Ă  arrĂȘter une chute.

Pour l’encordement, l’Ă©volution des techniques et du matĂ©riel d’escalade va de paire, puisque c’est avec l’Ă©volution du baudrier que les techniques d’encordement ont changĂ©.

La progression

La progression et l’assurage d’une cordĂ©e s’effectuaient de maniĂšre naturelle. Les grimpeurs s’assuraient Ă  l’aide des prises de la roche, des becquets et grĂące Ă  la formation de nƓuds de corde coincĂ©s dans les fissures. Cette mĂ©thode sera remplacĂ©e plus tard avec l’apparition des coinceurs.

Les voies commenceront Ă  ĂȘtre Ă©quipĂ©es de pitons plus tard afin d’assurer une progression plus sĂ©curitaire.

Évolution des techniques et du matĂ©riel d’escalade
Hans DĂŒlfer lors d’une descente en rappel

La descente en rappel fut inventĂ©e en 1876 par Jean Charlet-Starton, un alpiniste et guide de haute montagne français. Il a innovĂ© cette technique lors d’une tentative d’ascension du Petit Dru, sommet du Massif du Mont Blanc.

Hans DĂŒlfer, alpiniste allemand rĂ©putĂ© pour sa contribution apportĂ©e Ă  l’Ă©volution des techniques d’escalade, fera Ă©voluer plus tard cette technique en permettant d’assurer un freinage naturel de la corde contre le corps. On la nomme « rappel en S » ou encore « rappel Ă  la DĂŒlfer ».

La corde s’enroulait autour du grimpeur en formant un « S » :

  1. Elle passait d’abord entre les jambes,
  2. puis revenait sur la poitrine,
  3. pour rejoindre l’Ă©paule opposĂ©e,
  4. et enfin passer dans le dos.

🎒 L’Ă©volution du matĂ©riel d’escalade

L’Ă©volution des techniques et du matĂ©riel d’escalade sont bien souvent indissociables, mais on peut faire un focus sur quelques innovations qui ont beaucoup apportĂ© Ă  ce sport.

Dans ce domaine, nous devons beaucoup Ă  Pierre Allain, et non pas la pierre d’alun que vous utilisez en guise de dĂ©o … LE Pierre Allain ! 😉 Un grand Monsieur Ă  l’origine de la crĂ©ation de quelques outils qui nous sont trĂšs prĂ©cieux aujourd’hui. Il est en effet le novateur de nos chaussons, du descendeur, d’Ă©quipements permettant les bivouacs en montagne et d’autres merveilles que vous avez dans vos sacs de grimpe.

La corde

Corde en chanvre

Les cordes Ă©taient historiquement en chanvre. Le chanvre est une sous-espĂšce de plantes appartenant Ă  la famille des CannabacĂ©es (non ils ne fumaient pas leurs cordes, je vous vois venir…). L’inconvĂ©nient ? Elles Ă©taient lourdes et fragiles, ce qui n’assurait pas une sĂ©curitĂ© optimale.

En plus de cela, les cordes Ă©taient statiques. Autrement dit, elles ne s’Ă©tiraient pas en cas de chute, contrairement aux corde dynamiques actuelles. Ce qui veut dire que si la corde tenait le coup en cas de chute, et bien, c’Ă©tait gĂ©nĂ©ralement les vertĂšbres du grimpeur qui passaient un moins bon moment…

Anatomie corde d'escalade - Évolution des techniques et du matĂ©riel d’escalade
Corde d’aujourd’hui

A partir de 1947, les cordes en chanvre seront remplacées par des cordes en nylon tressé, beaucoup plus résistantes.

On dit que la corde possĂšde une Ăąme : le cƓur de la corde est reprĂ©sentĂ© par l’Ăąme, elle constitue l’intĂ©rieur de la corde. Cette Ăąme est protĂ©gĂ©e par une gaine, partie extĂ©rieure de la corde.

Les chaussons

Au dĂ©but de la pratique de l’escalade, les grimpeurs utilisaient les mĂȘmes chaussures dĂ©diĂ©es Ă  l’alpinisme. Avec l’augmentation du niveau de l’escalade, l’innovation et l’Ă©volution de nos chers petits souliers sont devenues nĂ©cessaires.

Et c’est donc Pierre Allain le « pĂšre » du chausson ! Il s’est fabriquĂ© ses premiers chaussons en fixant du caoutchouc Ă  des espadrilles, tout simplement. L’adhĂ©rence que lui offrait le caoutchouc lui a permis d’augmenter le niveau de ses ascensions.

Avec l’Ă©volution des nouvelles technologies, la semelle n’est plus composĂ©e de caoutchouc mais d’une gomme souple. Les chaussons d’aujourd’hui sont beaucoup plus performants et offrent une totale adhĂ©rence avec le rocher.

Le baudrier

On ne peut pas parler de l’Ă©volution des techniques et du matĂ©riel d’escalade sans parler du baudrier.

Comme vu prĂ©cĂ©demment, aux dĂ©buts de la pratique de l’escalade, les baudriers n’existaient pas. Les anciens grimpeurs devaient possĂ©der un sacrĂ© mental d’acier ! Leur “baudrier” Ă©tait tout simplement la corde accrochĂ©e autour de leur taille.
Voilà, respect. 🙌

A la fin des annĂ©es 1940, les grimpeurs ont commencĂ© Ă  s’encorder avec une sangle plus large, fixĂ©e autour du buste pour assurer un plus grand maintien.

Bien des annĂ©es plus tard, plusieurs sangles seront reliĂ©es les unes avec les autres, formant des cuissards : c’est la naissance du baudrier !

Avec l’Ă©volution des technologies, les baudriers d’aujourd’hui offrent une sĂ©curitĂ© et du confort.

Le mousqueton

InventĂ© par Hans DĂŒlfer en 1914, son poids Ă©tait de 140 grammes. Avec l’optimisation du matĂ©riel d’escalade, le mousqueton a connu plusieurs amĂ©liorations, le rendant beaucoup plus lĂ©ger.

Selon le type de mousqueton, le poids varie. De nos jours, nous trouvons des mousquetons pesant 30, 70, 50 … grammes. C’est la course au poids… au plus grand bonheur des adeptes de grandes voies !

Et bien d’autres…

Il va de soit que d’autres Ă©quipements utilisĂ©s ont eux aussi Ă©voluĂ© avec le temps, tels que les diffĂ©rents systĂšmes d’assurage, les dĂ©gaines, les coinceurs, les pitons … Pendant que d’autres faisaient leur apparition, comme par exemple le crashpad, apparu aux États-Unis dans les annĂ©es 1990.

đŸ—“ïž Évolution des techniques et du matĂ©riel d’escalade : dates clĂ©s

Ces quelques dates clĂ©s vous permettront d’y voir plus clair dans l’Ă©volution des techniques et du matĂ©riel d’escalade Ă  travers le temps ! 🙂

DateÉvùnement
1857CrĂ©ation de l’Alpine Club
1874Création du Club Alpin Français (CAF)
1876Invention de la technique de la descente en rappel
Fin du 19Ăšme siĂšcleCrĂ©ation des premiers clubs Alpins & naissance de l’escalade sportive
1914Invention du mousqueton par Hans DĂŒlfer
1932Fondation de l’Union Internationale des Associations d’Alpinisme (UIAA)
1935Pierre Allain invente les premiers vrais chaussons d’escalade (les fameux P.A)
1940Apparition des premiers baudriers artisanaux (sangle unique) qui ont évolué avec les années.
1943GĂ©nĂ©ralisation de l’usage du descendeur
À partir de 1979DĂ©mocratisation de l’escalade
1979Tony Howard, Paul Sedon et Alan Waterhouse inventent le premier baudrier-cuissard