Vous savez, je ne crois pas qu’il y ait de bons ou de mauvais assureurs… FAUX ! Pour pouvoir ĂȘtre autonome en escalade, on nous a appris les gestes d’assurage basiques. On part du principe qu’on a tous les mĂȘmes bases. Mais avec la pratique, on s’adapte et on apprend. L’assurage dynamique en escalade est ce qui fera de vous des bons assureurs.

L’importance de l’assurage dynamique en escalade

Savoir assurer son grimpeur, c’est suivre sa progression et l’empĂȘcher de chuter au sol. On pourrait en rester lĂ  car le plus important est Ă©videmment de le retenir. Mais la diffĂ©rence entre une personne qui sait assurer et une personne qui assure vraiment bien se voit lors d’une chute.

Quand on grimpe en tĂȘte et qu’on rate une prise, la chute peut vite ĂȘtre spectaculaire et l’atterrissage brutal. Il suffit qu’on soit un mĂštre au-dessus de la derniĂšre dĂ©gaine clippĂ©e pour que la chute soit de deux mĂštres + le mou intrinsĂšque de la corde + le mou entre l’assureur et la paroi. Lorsque la corde finit par se tendre, le choc peut ĂȘtre brutal pour le grimpeur qui est arrĂȘtĂ© d’un coup dans sa chute.

Assurage dynamique en escalade - La confiance envers son assureur
On vous laisse deviner lequel a confiance en son assureur 😅

C’est lĂ  qu’entre en jeu l’assurage dynamique en escalade. C’est le nom qu’on donne au fait qu’un assureur dynamise la chute de son grimpeur pour attĂ©nuer le choc ressenti. Cela change tout pour le grimpeur. On apprĂ©hende tous la chute, ce n’est jamais agrĂ©able. Mais si en plus on se demande si on va se prendre un gros stop violent lorsque la corde va se tendre d’un coup, cela nous rajoute un stress. Si on sait que notre assureur maĂźtrise l’assurage dynamique en escalade, ça nous enlĂšve un poids pendant notre ascension car on sait qu’on va atterrir tout en douceur !

Des gestes simples permettent de le faire et ils devraient ĂȘtre appris par tout grimpeur. 🙂

Principe de l’assurage dynamique en escalade

L’assurage dynamique en escalade est valable lorsqu’on grimpe en tĂȘte. En moulinette, mĂȘme si on laisse un peu de mou au grimpeur, la chute ne sera pas trĂšs brutale car le grimpeur est toujours assurĂ© par le haut. Les forces s’Ă©quilibrent assez naturellement, et ce mĂȘme si l’assureur est beaucoup plus lĂ©ger que le grimpeur.

Il y a un cas oĂč l’assureur n’a rien a faire pour dynamiser, c’est quand il est beaucoup plus lĂ©ger que son grimpeur. Lors d’une chute, il va automatiquement dĂ©coller du sol, ce qui va permettre de dynamiser la chute. Le grimpeur ne va ressentir aucun choc brutal. Attention cependant Ă  anticiper le dĂ©collage ! Selon la diffĂ©rence de poids, l’assureur peut ĂȘtre projetĂ© Ă  la premiĂšre dĂ©gaine. C’est Ă  lui de prĂ©voir et de mettre les pieds Ă  plat sur la paroi pour suivre le mouvement. Ceci dit, cela ne doit pas empĂȘcher les petits gabarits de maĂźtriser la technique de l’assurage dynamique !

Pour les duo oĂč assureur et grimpeur font le mĂȘme poids, ou si l’assureur est plus lourd, il est primordial d’apprendre l’assurage dynamique. La thĂ©orie est assez simple mais elle nĂ©cessite beaucoup de pratique pour que ce soit fluide et bien exĂ©cutĂ©. Il y a deux Ă©coles concernant l’assurage dynamique en escalade.

La premiĂšre, c’est de ravaler le mou au moment de la chute et de le redonner au moment du choc.Le fait de ravaler le mou va freiner la chute et diminuer la vitesse du grimpeur. Lorsqu’on redonne le mou pour le choc, cela va permettre de dynamiser la fin de chute du grimpeur qui est dĂ©jĂ  bien ralenti. Sachez que cette mĂ©thode existe, personnellement on n’est pas fan. Il y a trop de variables Ă  anticiper pour connaĂźtre le moment exact oĂč il faut redonner du mou. L’Ă©lasticitĂ© de la corde, le mou que le grimpeur avait dĂ©jĂ , la vitesse de chute qui peut varier selon le poids… Trop d’imprĂ©vus !

La deuxiĂšme Ă©cole consiste Ă  accompagner la chute avec son corps. Lorsque votre grimpeur va chuter, la gravitĂ© le tire vers le sol. Avec la vitesse en plus, il exerce une force sur la corde qui va naturellement soulever l’assureur vers le haut. L’idĂ©e est de se laisser porter par cette force et mĂȘme d’aller dans son sens, en avançant vers la paroi. Cela va permettre de rĂ©Ă©quilibrer les forces entre assureur et grimpeur pour que la chute se fasse tout en douceur.

Sur le papier, ça paraßt trÚs simple, mais vous devez prendre quelques précautions :

  • Ne vous mettez pas trop loin de la paroi, vous risquez d’ĂȘtre Ă©jectĂ© contre la paroi au moment de la chute. Le surplus de corde ne fera qu’augmenter la durĂ©e de chute de votre grimpeur et vous ne pourrez le dynamiser.
  • Il ne faut pas toujours dynamiser. Si votre grimpeur est trop proche du sol ou au dessus d’un toit, il faut l’anticiper et stopper sa chute sans dynamiser. Le risque est qu’il se prenne le sol ou le toit car vous avez mal anticipĂ© la hauteur de la chute.
  • N’allez pas vers la paroi avant que la force de la corde vous tire. Vous aurez l’effet contraire Ă  celui voulu. Si vous avancez trop tĂŽt, vous allez donner davantage de mou Ă  votre grimpeur, ce qui va augmenter sa vitesse et hauteur de chute !

[Coup de coeur #4] PACK ÉCHAUFFEMENT & RÉCUPÉRATION

« J'aimerais mieux récupérer aprÚs mes séances de grimpe ainsi que limiter les risques de blessures... »

đŸ’Ș L'escalade est un sport extrĂȘmement complet, et c'est pour ca qu'on l'adore ! Grimper c'est faire travailler l'ensemble de ses muscles en profondeur. L'escalade est une pratique traumatisante pour nos muscles, il est donc important de ne pas nĂ©gliger les phases de repos, de reconstruction musculaire.

💬 Les rouleaux de massage sont une vĂ©ritable rĂ©volution en escalade. Avant la grimpe, ils permettent de relĂącher nos muscles endoloris et nos articulations un peu raides, tout en augmentant le flux sanguin. AprĂšs la grimpe, il vont aider Ă  la rĂ©cupĂ©ration musculaire.