Savoir assurer en tĂȘte est trĂšs important, autant pour les sorties en extĂ©rieur que pour la grimpe en salle.
⚠ On vous fait rĂ©viser la thĂ©orie, pour la pratique, il vous faudra voir avec un grimpeur confirmĂ© ou un moniteur d’escalade.

Assurer en tĂȘte la montĂ©e du leader

ConnaĂźtre les diffĂ©rentes techniques d’assurage est indispensable pour des sessions grimpe sereines. L’escalade est un sport qui apporte beaucoup de lĂącher prise et de lĂ©gĂšretĂ©, mais a son lot de rĂšgles strictes Ă  respecter et une vigilance de tous les instants Ă  avoir. Parce que oui, quand on assure quelqu’un, on a sa vie entre nos mains.

Lors de l’ascension d’un grimpeur en moulinette, on utilise la technique de l’assurage en 5 temps. Et pour le faire descendre, la technique de l’assurage en 3 temps. Elles sont toutes deux prĂ©conisĂ©es par la FFME (FĂ©dĂ©ration Française de la Montagne et de l’Escalade).

Lors de l’ascension d’un grimpeur en tĂȘte, la technique d’assurage est diffĂ©rente. D’abord, il faut parer le leader jusqu’Ă  qu’il clippe la premiĂšre dĂ©gaine. Ensuite, il faut l’assurer jusqu’Ă  qu’il arrive au relais.

La parade

En escalade en tĂȘte, le grimpeur clippe les dĂ©gaines au fur et Ă  mesure. Il n’est pas sĂ©curisĂ© jusqu’Ă  atteindre la premiĂšre dĂ©gaine, il doit donc compter sur l’assureur pour le parer et prĂ©venir une chute.

L’assureur doit laisser assez de mou pour que le grimpeur puisse aller jusqu’Ă  la premiĂšre dĂ©gaine. Il se place Ă  environ 1 mĂštre de la paroi et il tend les bras pour suivre l’Ă©volution du grimpeur. Il tient toujours la corde dans une main, mĂȘme lorsqu’il tend les bras ! Cela lui permet d’ĂȘtre rapidement opĂ©rationnel.

En cas de chute, l’objectif est d’accompagner le grimpeur pour le ralentir, minimiser l’impact de la chute et le faire atterrir le plus en douceur possible. On vise donc le bassin, la taille, voire le dessous des aisselles. On ne cherche pas Ă  stopper la chute, on l’accompagne (oui, on rĂ©pĂšte beaucoup, mais c’est tellement important ).

DĂšs que le grimpeur a clippĂ© la premiĂšre dĂ©gaine, l’assureur n’a gĂ©nĂ©ralement plus besoin de parer. À partir de lĂ , il ne reste plus qu’Ă  assurer l’ascension du grimpeur.

L’ascension

Quand on assure en tĂȘte, l’objectif est de donner du mou au grimpeur au fur et Ă  mesure de son ascension. L’assureur doit suivre la progression du grimpeur et lui donner le mou nĂ©cessaire pour qu’il puisse continuer : ni trop, ni pas assez ! Voici les Ă©tapes Ă  suivre pour assurer en tĂȘte en donnant du mou au grimpeur.

La position de dĂ©part pour pouvoir assurer en tĂȘte est la suivante :

Comment assurer en tĂȘte - Position de dĂ©part/arrivĂ©e
Position de dĂ©part… et d’arrivĂ©e !

Une main se trouve juste au dessus du systĂšme d’assurage, sur le brin du haut. L’autre main est sur le brin de vie, en position basse.

Source des illustrations : FFME

1ïžâƒŁ Étape 1

Comment assurer en tĂȘte - Etape 1

D’abord, on pousse la corde vers le haut avec la main qui est sur le brin de vie. Ainsi, la main qui est sur le brin du haut va pouvoir rĂ©cupĂ©rer le mou pour le grimpeur.

2ïžâƒŁ Étape 2

Comment assurer en tĂȘte - Etape 2

À la fin de l’Ă©tape 1, la main qui est sur le brin de vie se retrouve proche du systĂšme d’assurage. On va la faire coulisser vers le bas sans lĂącher la corde pour la remettre en position basse.

3ïžâƒŁ Étape 3

Comment assurer en tĂȘte - Etape 3

De la mĂȘme façon, Ă  la fin de l’Ă©tape 1, la main qui est sur le brin du haut est loin du systĂšme d’assurage. On va la faire coulisser vers le bas sans lĂącher la corde pour la remettre proche du systĂšme d’assurage.

Nous voilĂ  donc revenus Ă  la position de dĂ©part ! On n’a plus qu’Ă  recommencer l’enchaĂźnement de ces mouvements pour pouvoir continuer Ă  suivre l’ascension du grimpeur.

Et en cas de chute ?

Bon, trĂšs bien, vous savez maintenant assurer en tĂȘte un grimpeur pendant son ascension. Mais que faire en cas de chute ?

En tĂȘte, les chutes peuvent ĂȘtre impressionnantes. Si le grimpeur est un mĂštre au-dessus de la derniĂšre dĂ©gaine clippĂ©e, qu’on y ajoute le mou intrinsĂšque de la corde et le mou entre l’assureur et la paroi, on dĂ©passe facilement les deux mĂštres ! Quand la corde se tend enfin, si elle s’arrĂȘte d’un coup, le choc peut ĂȘtre brutal pour le grimpeur.

Pour Ă©viter cela, on fait ce qu’on appelle de l’assurage dynamique : l’assureur dynamise la chute pour attĂ©nuer le choc. Le principe est que l’assureur va accompagner la chute avec son corps. Cela va permettre de rĂ©Ă©quilibrer les forces entre les deux et minimiser la violence du choc. Pour en savoir plus, on vous conseille d’aller lire notre article dĂ©diĂ© Ă  l’assurage dynamique en escalade.

Il est Ă©galement possible de limiter les consĂ©quences de l’Ă©cart de poids entre assureur et grimpeur en utilisant un dispositif de freinage spĂ©cifique du type Ohm d’Edelrid, qui agit comme un assistant de freinage.

Vous savez maintenant comment faire pour assurer en tĂȘte, au moins en thĂ©orie. Mais rien ne vaut les explications et dĂ©monstrations d’un moniteur d’escalade confirmĂ©. N’hĂ©sitez pas Ă  prendre un cours pour apprendre les bons gestes, la sĂ©curitĂ© n’a pas de prix !