Tous

🧪 L’argile verte pour soigner ses tendinites

L’argile verte ça vous dit quelque chose ? Et bien pour tout vous dire, ça ne me disait absolument rien jusqu’à il y a encore 2 semaines !

Comment j’ai découvert l’argile verte ?

J’ai découvert l’existence de ce remède de chaman en discutant avec un ami qui passait quelques jours à la maison. En honorant notre traditionnelle séance de bloc ensemble et en échangeant sur nos blessures de guerre, il me fait part de sa première expérience avec l’argile verte.

Mais avant toute chose, rassurez-moi sur quelque chose : vous avez forcément dans votre entourage ce type qui ne jure que par le rugby ? Et bien le pote en question, c’est lui.

Vous me voyez venir ..? Et BIM, les croisés ! 🏥 Et là, c’est le début de la galère : attente – opération – repos – rééducation…

En plus de s’être cassé le ligament croisé antérieur (LCA) au genou, mon ami s’est cassé le ligament latéral interne (LCI). À la différence du LCA, le LLI se « refait » tout seul car il est vascularisé. À l’IRM, ils avaient constaté la rupture complète du LLI. On lui a donc conseillé de faire des cataplasmes d’argile verte quotidiennement. Au rendez-vous suivant avec le chirurgien, environ 3 semaines après, son ligament était totalement régénéré, à la grande stupeur du corps médical !

Et c’est à partir de ce jour qu’il a commencé à prêcher la parole de l’argile verte ! ✝️

L’argile verte : c’est quoi ?

Origine et composition

L’argile verte est un produit naturel issu d’une roche sédimentaire feldspathique tendre. Elle est depuis longtemps utilisée dans le domaine de la médecine, mais aussi aujourd’hui en esthétique. C’est un matériau riche en minéraux, notamment en silicate d’alumine et en oligoéléments qui nous parlent davantage : à savoir le fer, le potassium, le sodium, le calcium et le magnésium.

Il existe différents types d’argiles dont la teinte varie en fonction de l’état chimique dans lequel s’y trouve le fer.

Quel que soit le type d’argile, elle est principalement composée de silice. Et bien bonne nouvelle : il s’agit d’un constituant principal des tissus du corps humain. La silice joue un rôle clé dans la solidité des ligaments et des articulations, dans la bonne santé de la peau et des dents, dans le renforcement des ongles, des cheveux, des vaisseaux et des os. Elle assure aussi le bon fonctionnement du système immunitaire. Oui… Rien que ça !

2 types d’argile verte

L’argile verte « illite »

Concentrée en silice à 40%, et à 9% en fer, elle possède de grandes capacités absorbantes et s’emploie principalement dans le domaine de la beauté. Par application externe (masque ou cataplasmes), elle fait beaucoup de bien à la peau et aux cheveux.

L’argile verte « montmorillonnite »

Celle-ci nous intéresse davantage, nous les grands blessés ! En effet, il s’agit d’une argile très pure, fortement concentrée en silice (58 à 62%), mais aussi riche en magnésium (10%). Avec un meilleur pouvoir adsorbant qu’absorbant, elle est utilisée dans le domaine de la santé. Elle a une action régénérante, reminéralisante et détoxifiante. Elle s’utilise soit en absorption – diluée dans de l’eau – soit en application externe sous forme de masques, pansements ou cataplasmes.

L’argile verte se trouve sous différentes formes : séchée, en pâte, en poudre ou en morceaux.

Ses contenants sont multiples : Tubes, pots ou gélules pour ce qui est des compléments alimentaires.

Conservée à l’abri de l’humidité et de la lumière, l’argile verte a une durée de vie illimitée.

Argile verte : quand l’utiliser ?

De nombreuses vertus

Vous l’avez compris, l’argile verte peut être utilisée en masque, en cataplasme, mais aussi en absorption, diluée dans de l’eau.

Elle possède de nombreuses vertus, principalement en raison de ses propriétés absorbantes. Elle retient les liquides et les gaz, et élimine les toxines. Elle possède une action antiseptique, bactéricide et des propriétés cicatrisantes et apaisantes.

Allez promis, je pose mon encyclopédie de mots barbares et on va faire simple. 😅 Voici une petite liste de certains bienfaits concrets de l’argile verte :

  • Traite les problèmes digestifs
  • Calme les diarrhées
  • Soulage les symptômes de la sinusite
  • Atténue les hématomes, soulage égratignures, coupures et morsures
  • Assèche et désinfecte les boutons
  • Soulage les douleurs articulaires (entorses…) et musculaires
  • Soigne les tendinites

Tendinite VS argile verte

D’un côté, une tendinite est une inflammation d’un tendon ou de sa gaine. Les tendons sont des sortes de « cordes » constituées de fibres de collagène qui permettent d’attacher les muscles aux os.

De l’autre, de par sa richesse en minéraux et en oligo-éléments, l’argile verte est anti-inflammatoire, reminéralisante, antalgique et cicatrisante.

Inutile de vous faire un dessin, un traitement à l’argile verte est idéal pour ce type de traumatisme tendineux.

Argile verte : où en acheter ?

En boutique bio

On en trouve généralement dans les boutiques bio, sous différentes formes. Comptez au minimum une dizaine d’euros le kilo pour vous procurer la tant convoitée poudre verte.

Sur internet

Il est tout à fait possible de commander son argile verte en ligne, à un prix plus compétitif. On en troue à moitié prix par rapport au magasin bio, voire 3 fois moins cher assez facilement.

Argile verte (53% illite)

Celle ci est légèrement moins concentrée en illite que la montmorillonnite mais coûte seulement 3.80€/kg et peut s’acheter par kilogramme. Idéale pour les besoins temporaires.

Argile verte (+60% illite)

Pour les plus gros besoins, il y a ce grand pot de 2.5kg. L’argile est de super qualité et le rapport qualité/prix imbattable pour une telle concentration en illite (4.14€/kg). Avec une telle quantité vous allez pouvoir charger les cataplasmes sans retenue !

[TUTO] Réalisation d’un cataplasme d’argile verte

Matériel

Pour préparer le mélange, il vous faudra les éléments suivants :

  1. De l’argile verte en poudre
  2. De l’eau minérale
  3. Un récipient en verre
  4. Une spatule en bois

Note : privilégiez de l’eau minérale, du verre pour le contenant et du bois pour la spatule. En effet, en utilisant des ustensiles en plastique/métal, l’argile a tendance à absorber la matière et ainsi polluer la préparation.

Préparation

#1 Verser l’argile dans un bol

Pour ce qui est de la quantité de poudre, tout dépend de la surface à couvrir et de si vous comptez faire une mixture pour un unique cataplasme ou pour plusieurs jours ! Il est possible de le conserver pendant quelques jours en plaçant le contenant au frigo et en l’isolant au maximum de l’air (couvercle, cellophane…).

La quantité est une affaire d’habitude, et rien n’est perdu, donc pas de panique.

#2 Compléter avec de l’eau

Je vous recommande d’ajouter de l’eau petit à petit plutôt que de noyer l’argile… Sinon vous allez vite le regretter au moment de l’étaler !

Pour ce qui est des quantités : je mets un volume d’eau légèrement supérieur à celui de l’argile afin d’obtenir une pâte ni trop solide ni trop liquide.

#3 Mélanger le tout

Homogénéisez afin que l’argile et l’eau soient bien mélangés.

#4 Laisser reposer le tout pendant 1h

Au début, le mélange sera trop liquide pour pouvoir l’étaler. Attendez environ 1 heure que l’argile absorbe l’eau, donnant par la suite une texture plus dense.

#5 BONUS : Ajouter des huiles essentielles de Gaulthérie odorante et Eucalyptus citronné

Pour rendre la mixture encore plus efficace, il est très intéressant d’y ajouter une goutte d’huile essentielle de Gaulthérie ainsi que d’Eucalyptus citronnée. Réputées pour leurs vertus apaisantes et anti-inflammatoires, elles aident de nombreux sportifs à soigner leurs problèmes musculaires et articulaires. En bref, le pied pour les tendons !

Réaliser le cataplasme

La réalisation d’un cataplasme est simple.

Placez l’argile verte sur un tissu et positionnez le tout sur la partie de votre corps que vous souhaitez soigner. Selon le support utilisé, vous pouvez le fixer avec un nœud ou encore avec du sparadrap. Certaines personnes préfèrent étaler l’argile sur la zone douloureuse puis placer le bandage dessus dans un second temps, c’est très personnel et ça ne change rien au résultat. 😉

Il est préférable d’utiliser un tissu (compresse de gaze, bandage, sopalin…) plutôt que du cellophane afin de faire respirer la peau !

Après repos, on peut observer une texture plus pâteuse que précédemment.

Note : le petit plus consiste à placer une feuille de chou entre l’argile et le tissu. En aplatissant la feuille de chou avec un rouleau à pâtisserie, elle va s’enduire de son propre suc. Cela va permettre de conserver moite l’argile verte. Elle ne sèche pas et transmet donc ses bienfaits plus longtemps. C’est très pratique lorsqu’on s’en applique avant une nuit de sommeil, car durant la nuit, l’argile sèche et ne fait plus grand effet le lendemain au matin. Je l’admets, là, c’est le must !

De plus, le chou a des bienfaits anti-inflammatoires et antioxydantes qui vont démultiplier l’efficacité du cataplasme.

En ce qui concerne la quantité d’argile, elle doit faire en sorte de couvrir une surface un peu plus large que la localisation de la douleur, avec une épaisseur d’environ 1 centimètre.

Le temps d’application minimal est de 2 heures et dure idéalement toute une nuit.

Attention, veillez à bien refermer les extrémités du bandage avec du sparadrap au risque de retrouver vos draps tout verts le lendemain matin !

Et voilà le travail, un joli petit cataplasme naturel pour soigner vos tendinites. Elle est pas belle la vie ?

J’espère que cet article vous a convaincus d’essayer l’argile verte pour soulager vos séquelles de grimpeur ! Il était important pour moi de l’écrire, car c’est notamment ce remède miracle qui m’a permis de réparer efficacement une rupture partielle des poulies qui commençait à traîner.

Mais bon, comme on dit, mieux vaut prévenir que guérir. Je vous recommande alors cet article dans lequel on vous donne ses conseils pour éviter et traiter une lésion des poulies en escalade.

Photo de couverture par rawpixel.com – https://fr.freepik.com/photos-gratuite/jeune-homme-blesse-soutien-bras_2894302.htm#page=1&query=epreuves&position=11
Photos de l’article par Climb Camp