La signification des expressions utilisĂ©es en escalade n’est pas toujours facile Ă  deviner. Si vous dĂ©butez, il est important de comprendre la diffĂ©rence entre grimpe en tĂȘte et en moulinette. On vous explique ce que veulent dire ces expressions et quelles sont leurs spĂ©cificitĂ©s.

Grimper en moulinette

Qu’est-ce que ça veut dire ?

Lorsqu’on grimpe en moulinette, ça veut dire que notre corde est accrochĂ©e Ă  un relais tout en haut de la voie. On dit qu’on est assurĂ© par le haut. Cela veut dire que la corde est toujours au dessus du grimpeur. Il n’a donc pas besoin d’utiliser d’autre matĂ©riel ni de se soucier de son assurage.

L’assureur se trouve au pied de la voie. Il n’y a pas de difficultĂ© particuliĂšre puisqu’il avale le mou au fur et Ă  mesure que son grimpeur monte. Ainsi, les chutes sont assez douces car la corde n’a pas beaucoup de mou.

Les précautions à prendre

Avant de dĂ©marrer, vous devez vous assurer que la corde est correctement passĂ©e dans le relais. Dit comme ça, ça paraĂźt un peu bĂȘte, mais on n’est jamais trop prudents.

Ensuite, comme toujours, vous devez vĂ©rifier que vous et votre assureur ĂȘtes bien attachĂ©s. Pour le grimpeur, il y a deux Ă©lĂ©ments Ă  vĂ©rifier. Evidemment, il faut que le nƓud de huit soit bien rĂ©alisĂ©. Il faut aussi que la corde passe par les deux pontets du baudrier. Pour l’assureur, il faut vĂ©rifier que la corde passe correctement dans le systĂšme d’assurage et que ce dernier est attachĂ© au baudrier avec un mousqueton sĂ©curisĂ©. Pour ces rĂšgles de sĂ©curitĂ©, il n’y a pas de diffĂ©rence entre grimpe en tĂȘte et en moulinette. Il faut toujours les appliquer et les respecter.

👍 Les pour… et les contre !

Lorsqu’on grimpe en moulinette, on voit que la corde est au dessus de nous. On ne va pas se mentir, c’est carrĂ©ment rassurant et ça minimise beaucoup la peur de la chute. Si vous dĂ©butez et que vous avez le vertige, grimper en moulinette peut vous permettre de vous habituer Ă  la hauteur et Ă  la sensation de vide. C’est une entrĂ©e en matiĂšre tout en douceur, avec trĂšs peu de risques.

Pour certains grimpeurs, les avantages que je viens de vous citer sont des dĂ©savantages. Ils estiment que l’on peut prendre des mauvaises habitudes. C’est-Ă -dire s’habituer Ă  ĂȘtre assurĂ© par en haut, relativement sec. MĂȘme en cas de chute, on descend peu puisque la corde a trĂšs peu de mou. C’est super pour le cĂŽtĂ© « rassurant », mais un peu moins pour surmonter ses peurs. Et oui, comme on est assurĂ© plutĂŽt sec, la vraie chute, on ne connaĂźt pas. On vous le dĂ©taillera plus bas, mais la diffĂ©rence entre grimpe en tĂȘte et en moulinette est que la corde a beaucoup plus de mou en tĂȘte. Donc la chute, ça fait beaucoup plus peur !

Mais comme tout le reste, ça s’apprend. Il faut s’entraĂźner Ă  chuter comme on s’entraĂźne Ă  grimper. D’oĂč l’importance de ne pas grimper seulement en moulinette, mais aussi en tĂȘte.

Grimper en tĂȘte

Qu’est-ce que ça veut dire ?

La diffĂ©rence entre grimpe en tĂȘte et en moulinette vient de l’assurage. Quand on grimpe en tĂȘte, c’est nous qui nous assurons petit Ă  petit. Contrairement Ă  la grimpe en moulinette, il n’y a pas de corde dĂ©jĂ  installĂ©e sur la voie. Le grimpeur part d’en bas avec la corde. Au fur et Ă  mesure qu’il grimpe, il passe la corde dans des dĂ©gaines fixĂ©es Ă  la paroi, ce qui va permettre d’ĂȘtre assurĂ©.

Si vous grimpez en salle, les dĂ©gaines sont dĂ©jĂ  placĂ©es sur le mur, Ă  environ 1 mĂštre 50 les unes des autres. Vous n’avez qu’Ă  suivre votre chemin et placer la corde dans les dĂ©gaines jusqu’Ă  arriver au sommet.

Si vous grimpez en falaise, vous allez devoir installer vos propres dĂ©gaines. La plupart du temps les voies sont dĂ©jĂ  Ă©quipĂ©es de points d’ancrage sur lesquels vous allez placer vos dĂ©gaines. Ces points d’ancrage sont aussi appelĂ©s des spits. Ils sont constituĂ©s d’une plaque mĂ©tallique fixĂ©e Ă  la paroi grĂące Ă  une cheville.

DiffĂ©rence entre grimpe en tĂȘte et en moulinette - Point d'ancrage ou spit
Comme une image vaut mieux que des longues phrases, voici un spit sur une paroi. 🙂

Les précautions à prendre

Comme pour la grimpe en moulinette, il faut respecter les rĂšgles essentielles de sĂ©curitĂ©. L’assureur et le grimpeur doivent tous deux vĂ©rifier que chacun s’est correctement Ă©quipĂ©.

L’expĂ©rience et les compĂ©tences d’assurage font la diffĂ©rence entre grimpe en tĂȘte et en moulinette. Un assureur dĂ©butant peut facilement assurer quelqu’un en moulinette. Pour la grimpe en tĂȘte, il y a quelques notions indispensables Ă  connaĂźtre.

Au dĂ©part de la voie, l’assureur doit parer le grimpeur jusqu’Ă  qu’il ait rĂ©ussi Ă  clipser la corde. L’assureur est presque collĂ© au grimpeur, les bras levĂ©s, prĂȘt Ă  amortir son camarade s’il chute avant d’avoir pu clipser sa corde Ă  la premiĂšre dĂ©gaine. DĂšs que le premier point d’ancrage est atteint et la corde correctement accrochĂ©e, l’assureur doit attraper la corde et avaler le mou de trop.

Il faut ĂȘtre constamment vigilant. Le dĂ©but de la voie est le moment le plus risquĂ©. Le grimpeur n’est pas trĂšs haut, et entre le mou et l’Ă©lasticitĂ© de la corde, la hauteur de chute peut ĂȘtre Ă©levĂ©e. Plus on est prĂšs du sol et de son assureur, plus on a de risque de venir les toucher en chutant. Soyez attentifs l’un Ă  l’autre pour apprĂ©hender la chute le mieux possible.

DiffĂ©rence entre grimpe en tĂȘte et en moulinette - SchĂ©ma mĂ©thode de placement de la corde

Pendant l’ascension, l’assureur donne du mou au grimpeur pour qu’il puisse continuer Ă  monter. Il doit toujours avoir les yeux sur son grimpeur pour vĂ©rifier qu’il a suffisamment de corde pour grimper et pour clipser Ă  la prochaine dĂ©gaine.

Pour le grimpeur, la rĂšgle essentielle Ă  respecter est la maniĂšre de placer la corde sur la dĂ©gaine. Il faut toujours que le brin de corde qui va vers l’assureur soit contre le mur. Le brin de corde qui va vers le grimpeur est celui qui sort de la dĂ©gaine Ă  l’opposĂ© du mur.
Pour quoi cela ? Et bien pour la simple et bonne raison qu’en chutant, on s’Ă©loigne de la paroi. En consĂ©quence, si la corde sortait de la dĂ©gaine vers la paroi et non vers le grimpeur, en chutant, il y aurait une chance (ou plutĂŽt une malchance…) que la corde ouvre le doigt du mousqueton et en sorte. Et lĂ , c’est le drame.

Un Ă©lĂ©ment Ă  prendre en compte lorsqu’on pratique la grimpe en tĂȘte est la diffĂ©rence de poids entre assureur et grimpeur. En cas de chute, un assureur plus lĂ©ger aura tendance Ă  dĂ©coller et Ă  venir taper la premiĂšre dĂ©gaine. Il existe des solutions pour contrer cet effet, si vous voulez en savoir plus on vous invite Ă  lire notre article sur l’Ă©cart de poids maximum entre assureur et grimpeur.

👍 Les pour… et les contre !

Pour beaucoup de grimpeurs, l’escalade se pratique forcĂ©ment en tĂȘte. En falaise, c’est trĂšs rare qu’il y ait dĂ©jĂ  une corde sur la voie qui nous permette de grimper en moulinette. Il peut arriver qu’on puisse atteindre le sommet de la voie Ă  pied pour y placer une corde. Mais la plupart du temps, il faut qu’un premier grimpeur monte en tĂȘte pour pouvoir placer la corde et permettre aux suivants de grimper en moulinette.

Au delĂ  de ça, ce qui fait la diffĂ©rence entre grimpe en tĂȘte et en moulinette, c’est le niveau de difficultĂ© ressenti pour chaque voie. Quand on grimpe en moulinette, on suit notre petit chemin tranquillement, au grĂšs des prises. Quand on grimpe en tĂȘte, on doit s’assurer au fur et Ă  mesure. Pour pouvoir attraper la corde et la clipser, il faut se stabiliser et ĂȘtre suffisamment Ă  l’aise sur ses jambes et sur une main pour libĂ©rer l’autre et clipser. On ne peut pas enchaĂźner les mouvements sans s’arrĂȘter. Cela demande davantage de technique et c’est une difficultĂ© supplĂ©mentaire.

Les sensations sont aussi diffĂ©rentes. On a beau avoir l’habitude de grimper en tĂȘte et ne plus avoir peur de la chute, notre cerveau va forcĂ©ment trouver cette situation plus risquĂ©e que la grimpe en moulinette. C’est psychologique, c’est plus fort que nous. Certains trouvent cet aspect indispensable car il nous pousse Ă  nous dĂ©passer et Ă  sortir de notre zone de confort. D’autres ne voudront pas grimper en tĂȘte car trouvent cette pratique trop risquĂ©e.

Chacun voit midi Ă  sa porte, on ne devrait pas juger la façon de grimper des uns et des autres. Le principal c’est d’ĂȘtre Ă  l’aise et surtout, de se faire plaisir. On a tous nos objectifs et nos raisons de grimper. Si on veut rester en moulinette, qu’on se sent en sĂ©curitĂ© et qu’on prend du plaisir, aucune raison de changer. La grimpe en tĂȘte peut devenir un challenge, un objectif, mais ce n’est en aucun cas une obligation.


RĂ©sumĂ© : diffĂ©rence entre grimpe en tĂȘte et en moulinette

Si vous ne deviez retenir qu’une chose, c’est qu’en tĂȘte le grimpeur s’assure lui-mĂȘme au fur et Ă  mesure, alors qu’en moulinette la corde est accrochĂ©e Ă  un relais au sommet de la voie. Les techniques d’assurage ne sont pas les mĂȘmes et demandent plus de compĂ©tences en escalade en tĂȘte.

Maintenant que vous connaissez la diffĂ©rence entre grimpe en tĂȘte et en moulinette, nous avons simplement envie de vous dire que, peu importe la façon dont vous grimpez, le tout est de rester en accord avec soi-mĂȘme, ses objectifs et de se faire plaisir ! Oui, on l’a dĂ©jĂ  dit, mais on ne le rĂ©pĂ©tera jamais assez. 😉