Les rÚgles en compétition d'escalade de bloc en France

📝 Les rĂšgles en compĂ©tition d’escalade de bloc en France

Argi

Infos, Culture Grimpe

DĂ©roulement, rĂ©glementation, classement… En France, c’est la FĂ©dĂ©ration Française de la Montagne et de l’Escalade (FFME) qui Ă©tablit les rĂšgles en compĂ©tition d’escalade de bloc. Elles sont basĂ©es sur les rĂšgles et recommandations de la FĂ©dĂ©ration Internationale d’Escalade (IFSC).

⚠ Cet article a Ă©tĂ© publiĂ© en fĂ©vrier 2023. Il rĂ©sume les rĂšgles en compĂ©tition d’escalade de bloc pour la saison sportive 2022/2023. L’ensemble des donnĂ©es sont disponibles sur cette page (ou accĂšs au document PDF via ce lien) et ont pu ĂȘtre mises Ă  jour depuis la publication de l’article.

DĂ©roulement d’une compĂ©tition d’escalade de bloc

Il y a des rĂšgles en compĂ©tition d’escalade de bloc associĂ©es Ă  chaque type de dĂ©roulement possible. GĂ©nĂ©ralement, une compĂ©tition d’escalade de bloc en France se dĂ©roule en trois tours :

  1. Qualifications, 3 possibilités :
    • contest de 8 Ă  15 blocs, Ă  essais limitĂ©s,
    • contest d’au moins 20 blocs, Ă  essais illimitĂ©s,
    • circuit de 4 Ă  5 blocs (avec ou sans observation).
  2. Demi-finale : circuit de 4 blocs, sans observation collective.
  3. Finale : circuit de 3 ou 4 blocs, avec observation collective.

Le prĂ©sident du jury de la compĂ©tition a la possibilitĂ© d’annuler un ou deux tours, dans des circonstances exceptionnelles.

Il existe donc deux formats de compétition, le contest et le circuit, qui ont chacun un déroulement différent.

Le format « contest »

Lorsqu’une qualification se dĂ©roule sous forme de contest, les participants peuvent choisir l’ordre dans lequel ils rĂ©alisent les blocs. Il n’y a pas d’ordre imposĂ©.

Tous les compĂ©titeurs grimpent en mĂȘme temps. Dans le temps imparti, chaque grimpeur fait ses essais selon la disponibilitĂ© des blocs. Cela signifie donc qu’on peut regarder les autres compĂ©titeurs grimper.

Les contests peuvent ĂȘtre Ă  essais limitĂ©s (5 par bloc) ou Ă  essais illimitĂ©s.

Le format « circuit »

Lorsqu’un tour se dĂ©roule sous forme de circuit, l’ordre des blocs Ă  rĂ©aliser est imposĂ©. Les tentatives peuvent ĂȘtre faites :

  • Ă  vue : sans information prĂ©alable, sauf si une observation collective est prĂ©vue (possible pour les finales seulement),
  • flash : mise Ă  disposition d’une dĂ©monstration vidĂ©o par les ouvreurs, dans la zone d’Ă©chauffement, au plus tard 1 heure avant le dĂ©but du tour du grimpeur.

Les modalités sont évidemment définies et annoncées avant chaque compétition.

Composition des blocs

Les blocs de compétition sont conçus par des ouvreurs formés. Ils doivent correspondre à une certaine difficulté selon le type de compétition.

Chaque bloc doit ĂȘtre composĂ© des Ă©lĂ©ments suivants :

  • Prises de dĂ©part : pour les deux mains et les deux pieds.
  • Prise de zone : elle permettra de dĂ©partager les concurrents.
  • Top : c’est la fin du bloc ! Cela peut ĂȘtre une prise, ou une position de rĂ©tablissement debout au sommet du bloc.

Les prises de dĂ©part et le top doivent ĂȘtre de la mĂȘme couleur. La prise de zone doit impĂ©rativement ĂȘtre d’une couleur diffĂ©rente.

Jugement et rĂ©sultats en compĂ©tition d’escalade de bloc Ă  connaĂźtre

On sait Ă  prĂ©sent comment peut se dĂ©rouler une compĂ©tition et comment sont composĂ©s les blocs. Mais quelles sont les rĂšgles en compĂ©tition d’escalade de bloc pour juger les performances des grimpeurs ?

Pour chaque bloc

Il y a au moins un juge de bloc dédié à chaque bloc. Pour chaque participant, le juge va noter :

  • le nombre d’essais rĂ©alisĂ©,
  • Ă  quel essai il valide la prise de zone,
  • Ă  quel essai il rĂ©ussit le bloc.

Le départ

Un dĂ©part rĂ©ussi est une condition sine qua non pour qu’un essai soit validĂ©.

Un départ est considéré comme réussi lorsque le grimpeur a une position contrÎlée stable sur les prises de départ, donc avec les deux mains et les deux pieds.

Un dĂ©part est considĂ©rĂ© comme non rĂ©ussi quand le grimpeur ne parvient pas Ă  une position contrĂŽlĂ©e stable sur les prises de dĂ©part, ou s’il utilise d’autres prises pour pouvoir arriver aux prises de dĂ©part.

La tentative

Comme on le disait plus haut, pour chaque bloc, un juge compte les tentatives de chaque participant. Mais alors qu’est-ce qui compte comme un essai ?

  • DĂšs qu’un grimpeur rĂ©alise un dĂ©part, qu’il soit rĂ©ussi ou non.
  • Touche n’importe quelle prise du bloc avant de faire le dĂ©part (c’est bien Ă©videmment interdit, il sera sanctionnĂ©).

Une tentative est soit réussie, soit non réussie.

Pour qu’elle soit rĂ©ussie, le dĂ©part doit Ă©videmment ĂȘtre rĂ©ussi. Ensuite, il ne lui reste plus qu’Ă  (facile Ă  dire 😜) contrĂŽler la prise « Top » avec les deux mains, ou se rĂ©tablir en haut du bloc, selon la composition du bloc. Le tout dans le temps imparti !

Une tentative est non réussie si :

  • le dĂ©part est non rĂ©ussi,
  • le grimpeur touche le tapis de rĂ©ception aprĂšs avoir quittĂ© le sol,
  • le temps imparti est dĂ©passĂ©.

Classement en compĂ©tition d’escalade de bloc

Classement selon le format de la compétition

Les rĂšgles en compĂ©tition d’escalade de bloc pour Ă©tablir les classements dĂ©pendent du format de la compĂ©tition.

Type : circuit et contest à essais limités

Pour un tour de type circuit ou pour un contest à essais limités, les participants sont classés de la façon suivante :

  1. Nombre de blocs rĂ©ussis, par ordre dĂ©croissant ↘ : plus on rĂ©ussit de blocs, plus on est haut dans le classement.
  2. Par ordre dĂ©croissant ↘, le nombre de blocs sur lesquels chaque grimpeur a :
    • soit contrĂŽlĂ© la prise de zone,
    • soit rĂ©ussi le bloc sans avoir contrĂŽlĂ© la prise de zone.
  3. Somme des essais pour rĂ©ussir les blocs, par ordre croissant ↗ : moins on fait d’essais pour rĂ©ussir un bloc, mieux on est classĂ©.
  4. Somme des essais pour contrĂŽler les prises de zone, par ordre croissant ↗ : mĂȘme principe, moins on fait d’essais, mieux on est classĂ©.

Cela semble logique, pour faire simple : le meilleur grimpeur est celui qui a rĂ©ussi le plus de blocs, en contrĂŽlant la prise de zone et en faisant le moins d’essais possibles.

Type : contest à essais illimités

Pour un tour de type contest Ă  essais illimitĂ©s, chaque bloc vaut mille points, divisĂ© par le nombre de rĂ©alisations. Donc plus un bloc est rĂ©alisĂ©, moins il rapportera de points Ă  chaque personne l’ayant rĂ©ussi !

Pour chaque participant, ses points sont la somme des points de tous les blocs qu’il a rĂ©ussis. Les participants sont classĂ©s par ordre dĂ©croissant. ↘

Et s’il y a des Ă©galitĂ©s ?

Si, Ă  l’issue d’une demi-finale, une fois les classements Ă©tablis avec les rĂšgles ci-dessus, des candidats sont Ă  Ă©galitĂ©, ils peuvent ĂȘtre dĂ©partagĂ©s en tenant compte de leur classement au tour de qualification.

Pour une finale, on regarde d’abord leur classement au tour prĂ©cĂ©dent (demi-finale). S’il y a toujours des Ă©galitĂ©s pour le podium, alors le dĂ©partage consistera Ă  :

  1. Comparer le nombre de « Top » atteints au premier essai, puis au deuxiÚme, puis au troisiÚme, etc.
  2. Si cela ne suffit toujours pas, on comparera le nombre de prises de zone atteintes au premier essai, puis au deuxiĂšme, puis au troisiĂšme, etc.

Et s’ils sont toujours a Ă©galitĂ©, alors ils restent ex ĂŠquo pour la compĂ©tition. Au vu de tous les paramĂštres possibles, c’est quand mĂȘme rare. 😉

Classement général

Les rĂšgles en compĂ©tition d’escalade de bloc pour Ă©tablir le classement gĂ©nĂ©ral sont, trĂšs logiquement :

  • Classement de la finale,
  • Suivi du classement de la demi-finale,
  • Suivi du classement des qualifications.

Vous connaissez maintenant les rĂšgles en compĂ©tition d’escalade de bloc en France. Pour plus de dĂ©tails et les mises Ă  jour, rendez-vous sur le site de la FFME.