Le milieu de la grimpe offre beaucoup de possibilités d’escalade, afin que chacun puisse y trouver son compte. Certains préfèrent grimper en salle, d’autres vont chercher la performance en falaise, et il y a ceux qui choisissent de se laisser porter par l’escalade des faces vertigineuses en montagne. Il y en a pour tous les goûts ! Du rocher à la glace, découvrez les différents types d’escalade en alpinisme.

Les types d’escalade en alpinisme

L’escalade sur rocher

Les différents types d'escalade en alpinisme - Escalade sur rocher

L’escalade en montagne est synonyme de grandes voies. Certains points d’ancrage sont parfois déjà mis en place, mais bien souvent les grimpeurs évoluent sur coinceurs, comme en terrain d’aventures ! On associe donc l’escalade sur rocher en alpinisme à l’escalade traditionnelle.

En montagne, les personnes qui s’assurent les unes entre elles sont appelées des cordées. Le premier qui grimpe en tête est appelé le premier de cordée, et celui qui assure son compagnon est appelé le second. Une fois le premier de cordée arrivé au relais, il assure le second depuis le haut, et ainsi de suite.

Cette manière d’escalader par longueur successives fait qu’il n’est pas rare pour une grande voie de mesurer plusieurs centaines de mètres de haut.

La cascade de glace

Les différents types d'escalade en alpinisme - Cascade de glace

Avis à tous les amateurs de froid et d’hivers glacés, cette partie est faite pour vous !

L’objectif de cette escalade glaciaire est d’évoluer à l’aide de crampons et de piolets sur une face complètement glacée. Les crampons permettent aux pieds de tenir dans la glace à l’aide de deux pointes avant, tandis que les piolets auront un rôle d’équilibre pour le grimpeur. Courbatures aux mollets et aux avant-bras garantis ! 😆 De plus, pour pouvoir évoluer sur une cascade de glace, le grimpeur s’assure à l’aide de broches qu’il ancre dans la glace.

De nombreuses conditions sont nécessaires pour pratiquer la cascade de glace. Les températures extérieures, l’épaisseur de la glace, sa forme et sa couleur, ainsi que d’autres paramètres sont à prendre en compte lorsque l’on étudie une cascade, afin d’éviter au maximum des potentiels dangers.

En cascade de glace, les cotations fonctionnent en degrés (degré 1 à degré 7) et en grades (grade I à grade VII).

  • Les degrés définissent la difficulté de l’ascension.
  • Les grades nous informent sur la longueur de l’escalade.

Le dry-tooling : un mixte entre rocher et glace

Le dry-tooling a la particularité de regrouper deux types d’escalade en alpinisme en un.

Le dry-tooling est une pratique qui regroupe l’escalade sportive sur rocher et l’escalade sur glace. La paroi sur laquelle évolue le grimpeur est généralement composée de roche mais aussi parfois de passage glacés.

Certaines voies grimpées en dry-tooling ne sont constituées que de roche, où le grimpeur s’assure à l’aide de points fixes, comme en falaise, au fur et à mesure qu’il escalade. Ce qui fait toute la particularité de cette discipline est l’usage des crampons et des piolets que l’on retrouve en cascade de glace.

Les cotations en dry-tooling vont de M1 à M7. Le “M” correspond au mot “mixte“. Plus les chiffres augmentent, plus la difficulté croît elle aussi.

Si vous souhaitez découvrir le dry-tooling en images, n’hésitez pas à regarder ce petit documentaire qui vous en dira plus sur cette discipline !

Les autres types de courses

L’escalade en alpinisme est loin d’être la seule pratique. Il y a de nombreuses autres disciplines telles que le ski de randonnée, le ski-alpinisme ou encore la course sur neige qui font la richesse de cette activité sportive.

Le ski de randonnée

Le ski de randonnée permet de gravir une montagne enneigée en ayant ses skis sous ses pieds. Pour cela, le randonneur doit poser au dos de ses skis des peaux de phoque, qui offrent une accroche entre les skis et la neige. Les chaussures de ski de randonnée s’adaptent en fonction de la montée et de la descente. Ainsi, à la montée le skieur aura besoin de souplesse pour lever ses pieds, tandis que pour la descente, ce dernier recherchera de la rigidité pour pouvoir skier.

Le ski-alpinisme

Le ski-alpinisme est en quelque sorte le “frère” du ski de randonnée. C’est la même discipline, mais en version performance dans laquelle les pratiquants pourront faire face à des passages techniques et parfois engagés, où l’utilisation des crampons et des piolets est fortement recommandée. Dans ces cas-là, les adeptes de sensations fortes doivent déchausser et accrocher leurs skis au sac à dos. Le ski-alpinisme est une discipline pratiquée en compétition.

La course sur neige

La course sur neige nécessite l’utilisation de crampons pour pouvoir marcher sans glisser sur la neige ou la glace. Bien souvent, les alpinistes qui se lancent dans cette aventure doivent s’encorder, afin d’assurer leur compagnon en cas de chute dans une crevasse.

L’escalade en montagne et le réchauffement climatique

Nous, amoureux de la montagne, aimerions continuer à profiter de ce que la nature nous offre, notamment pour pouvoir continuer à pratiquer les différents types d’escalade en alpinisme, mais le réchauffement climatique n’est pas sans conséquence pour les montagnes et les glaciers.

Certains massifs montagneux sont stabilisées par le permafrost. C’est un phénomène thermique qui désigne la partie du sol gelée en permanence, dont la température ne remonte pas au-dessus de 0°C pendant plus de deux ans. Le permafrost peut être comparé à du ciment, permettant ainsi aux montagnes de se maintenir. Cependant, avec l’augmentation des températures, le ciment des montagnes fond, ce qui entraine des éboulements et l’effritement des montagnes.

Quant aux glaciers, ils reculent de plus en plus. Pour illustrer ce phénomène, selon un scénario climatique étudié par des glaciologues, le glacier d’Argentière pourrait disparaitre aux alentours de 2100, et laisserait place à un lac pouvant être une menace pour les habitants de la vallée.

Point sécurité

Le milieu montagnard est un milieu hostile, au sein duquel toutes ces pratiques demandent beaucoup de connaissances sur le sujet. La météo, la condition d’une voie, le suivi d’un itinéraire, les manipulations de corde, le temps de la course et d’autres points importants ne sont pas à prendre à la légère lorsque l’on part en montagne.

Si vous souhaitez vous initier aux différents types d’escalade en alpinisme et apprendre en toute sécurité, entourez-vous de personnes compétentes avec de l’expérience, tels que les guides de haute montagne. 😉