Comment ne plus avoir le vertige en escalade ?

😹 Comment ne plus avoir le vertige en escalade ?

Thibaud

EntraĂźnement, Progression

La peur du vide est comme toute phobie, du genre Ă  nous gĂącher la vie ! Si d’ordinaire certaines personnes le vivent trĂšs bien en Ă©vitant les expositions en altitude, qu’en est-il du grimpeur ?

Aimer grimper mais devoir se restreindre Ă  l’escalade de bloc par peur de l’altitude… Ce n’est pas l’idĂ©al ! Rassurez-vous, ce n’est pas une fatalitĂ© : ne plus avoir le vertige, c’est possible.

Une phobie : techniquement, c’est quoi ?

DĂ©finition

📋 Une phobie est une peur morbide, une angoisse Ă©prouvĂ©e devant certains objets, actes, situations ou idĂ©es.

« Au lieu d’analyser les choses objectivement, le cerveau des personnes phobiques imagine des situations dangereuses et les transforme en scenarii plausibles. Par exemple, si vous ĂȘtes sur le bord d’un pont, il envisage que la rambarde puisse se casser. »

MĂ©thode anti-phobies de l’espace, Vincent Trybou

Et le vertige dans tout ça ?

Si nous avons tendance à parler de « vertige » pour décrire la peur du vide, il faut en réalité distinguer ces 2 aspects.

  • Les personnes qui ont le vertige souffrent de nausĂ©es et ont la tĂȘte qui tourne lorsqu’elles regardent dans le vide.
  • Les personnes acrophobes se mettent Ă  faire des crises d’angoisse et Ă©vitent systĂ©matiquement ce genre de situation.

Par abus de langage on dĂ©signe aujourd’hui la plupart du temps cette peur du vide ou acrophobie par le mot « vertige ».

Comment ne plus avoir le vertige en escalade - Pourcentage de personnes qui ont peur du vide

La peur du vide peut ĂȘtre chez certaines personnes perçue comme une phobie, lĂ  oĂč elle ne crĂ©era aucun sentiment d’angoisse chez d’autres.

â„č Selon le professeur Thomas Brandt, neurologue, responsable de l’Institut des neurosciences cliniques et directeur scientifique du Centre allemand du vertige et des troubles de l’équilibre Ă  l’UniversitĂ© de Munich, la premiĂšre Ă©tude sur la peur du vide dans la population montre qu’elle concerne jusqu’Ă  28 % des individus ou au moins une personne sur quatre, Ă  des degrĂ©s divers.

Certains individus claustrophobes sont sujets Ă  des crises de panique lorsqu’ils se sentent confinĂ©s dans des trop petits espaces. Ils s’imaginent des scĂ©narios catastrophiques dans ces situations ( « et si je reste coincĂ© Ă  jamais dans ce tunnel Ă©troit », « et si jamais quelqu’un bloquait la porte de l’autre cĂŽtĂ© » …). À l’inverse, d’autres pourraient facilement y passer des heures sans broncher. Et bien, pour le vertige, c’est pareil !

Mais rassurez-vous, la peur du vide, c’est dans la tĂȘte, et comme pour tout mĂ©canisme d’origine psychologique, il existe des maniĂšres de les combattre.

Pour lutter contre les phobies, on met généralement en place un processus en 3 temps :

  1. Des méthodes de déconditionnement (en amont)
  2. Des mĂ©thodes d’habituation et d’exposition (face Ă  sa phobie)
  3. Des gestes simples visant Ă  nous calmer (face Ă  sa phobie)

Il est temps de l’appliquer Ă  l’escalade !

Notre méthode infaillible pour ne plus avoir le vertige en escalade

🧠 DĂ©conditionner son cerveau

L’angoisse produite par la peur du vide est interprĂ©tĂ©e comme une preuve que la situation est effectivement dangereuse, et la boucle de la phobie se renforce.

Lorsqu’une personne qui a le vertige est confrontĂ©e Ă  sa peur, son anxiĂ©tĂ© se caractĂ©rise par une expression constante de sa crainte qui boucle dans sa tĂȘte : « et si ceci, et si cela… »

L’anxiĂ©tĂ© est un phĂ©nomĂšne chimique dans notre cerveau. Il est donc important de prendre conscience que l’angoisse provoquĂ©e n’a rien Ă  voir avec la situation rĂ©elle. Il s’agit avant tout d’un conditionnement du cerveau qui nous met en alerte permanente, nous empĂȘchant d’ĂȘtre lucide sur les faits.

Il est donc important de prendre conscience que c’est nous qui donnons vie Ă  cette phobie et l’entretenons dans notre tĂȘte. La peur du vide, c’est penser constamment au danger que reprĂ©sente le fait d’ĂȘtre en altitude.

Imaginez un instant qu’Ă  chaque fois que vous montez dans une voiture, vous vous persuadiez qu’un accident va arriver : « quelqu’un va me rentrer dedans », « je vais avoir une crise cardiaque au volant et mettre en danger tous les passagers », « les freins vont lĂącher », etc.

Cela paraĂźt aberrant et peu probable… Et pourtant ! Le risque d’avoir un accident en voiture est bien plus grand qu’en escalade. Alors si vous montez dans une voiture sans vous poser trop de questions, essayez de faire pareil lorsque vous grimpez. ArrĂȘtez de vous faire avoir par votre cerveau. 😉

Une fois que vous aurez rationalisĂ© cette peur et pris conscience que tout est superficiel, la seconde Ă©tape pour ne plus avoir le vertige consiste Ă  habituer son corps en affrontant l’altitude.

🔄 Habituer son corps

Pour ne plus avoir le vertige en escalade, il va maintenant ĂȘtre intĂ©ressant et efficace de s’exposer rĂ©guliĂšrement Ă  sa peur afin de la rationaliser, de la banaliser.

Un trĂšs bon exemple d’habituation est celui de l’avion. Comparons quelqu’un qui prend rĂ©guliĂšrement l’avion avec une personne qui va le prendre pour la toute premiĂšre fois : l’apprĂ©hension de chacun sera totalement diffĂ©rente car l’homme craint naturellement toujours plus ce qu’il ne connaĂźt pas.

En escalade, c’est pareil ! À force de se retrouver en altitude et de chuter dans son baudrier, notre cerveau assimile cette situation comme habituelle et non-dangereuse.

Cette dĂ©sensibilisation peut ĂȘtre faite de maniĂšre mĂ©thodique en grimpant d’abord Ă  2 mĂštres de haut puis en simulant une chute dans son baudrier, la reproduire maintenant Ă  2.50 mĂštres, et ainsi de suite. Ainsi, notre cerveau va peu Ă  peu assimiler cette situation et la dĂ©clarer comme normale et inoffensive.

Si vous avez confiance en votre partenaire qui vous assure et que les consignes de sĂ©curitĂ© sont respectĂ©es, il n’y a aucune raison d’avoir peur !

đŸ§˜â€â™‚ïž Une attitude calme

Certes, si le dĂ©conditionnement psychologique et l’habitude vont nous aider dans notre quĂȘte pour ne plus avoir le vertige, il existe aussi des techniques de grimpeur pour attĂ©nuer physiquement cette peur.

Bien que le vertige soit d’origine psychologique, il a des rĂ©percussions directes sur notre corps. En effet, l’angoisse provoquĂ©e nous donne la tĂȘte qui tourne, accĂ©lĂšre notre respiration et rythme cardiaque…

  • La premiĂšre chose Ă  faire lorsqu’on grimpe est donc de respirer lentement. Cela permet de se dĂ©tendre et de faire disparaĂźtre les manifestations physiques de l’angoisse. Inspirez environ 6 secondes puis expirez environ 6 secondes de maniĂšre rĂ©guliĂšre. Cette technique de respiration, la cohĂ©rence cardiaque, est connue et reconnue. Vous en saurez davantage sur cet article dĂ©diĂ© Ă  ses bienfaits.
  • Ne vous arrĂȘtez pas toutes les 2 minutes pour constater la hauteur que vous prenez petit Ă  petit ! Ceci ne vous apportera que des mauvaises choses. En plus de troubler votre concentration sur la paroi, vous allez avoir envie de stopper votre ascension pour ne pas aller plus haut. À cela s’ajoute, la plupart du temps, une sensation de tĂ©tanie musculaire vous incitant Ă  ne pas aller plus loin.
  • Enfin, faites des mouvements plutĂŽt lents. L’escalade est une activitĂ© physique demandant Ă©normĂ©ment de concentration. Des mouvements calmes et contrĂŽlĂ©s vous aideront grandement Ă  attĂ©nuer les manifestations du vertige en maĂźtrisant le plus possible la situation.

En résumé, pour ne plus avoir le vertige :

  1. DĂ©conditionnez votre cerveau d’une vision omniprĂ©sente du danger.
  2. Habituez-vous Ă  l’altitude en grimpant et chutant de plus en plus haut.
  3. En escaladant, respirez doucement, ne regardez pas en bas et faites des mouvements calmes et contrÎlés.

Nous vous encourageons vraiment Ă  respecter ces 3 Ă©tapes clĂ©s pour ne plus avoir le vertige en escalade. Nous approuvons totalement cette mĂ©thode qui a su faire ses rĂ©sultats et vous verrez que vous prendrez infiniment plus de plaisir Ă  grimper ! 😀

On vous recommande d’ailleurs d’aller jeter un coup d’Ɠil Ă  l’article Ă©crit par le youtubeur Guillaume Feelgood, dans lequel il nous raconte comment l’escalade l’a aidĂ© Ă  dompter cette peur du vide.