L’escalade est une activité à haute dimension physique mais aussi psychologique. Pour bien se sentir et performer sur les voies et blocs, il est important de prendre connaissance des qualités à avoir en escalade.

Quelles sont les qualités à avoir en escalade ?

#1 La persévérance

Vous vous engagez sur une voie ou un bloc, ça ne passe pas, vous allez voir ailleurs. Vous sentez que vos doigts serrent de moins en moins, il ne reste plus que quelques mouvements, vous lâchez.

L’escalade, c’est avant tout une affaire de mental.

Le moteur principal de vos muscles, c’est votre cerveau. Et soyez surs d’une chose, si votre cerveau n’y croit pas, vos doigts ne serreront pas assez les prises, votre bassin ne se plaquera pas suffisamment à la paroi, vos pointes ne grifferont pas assez… bref, si comme on dit : « pas de bras, pas de 6a, pas de pieds, pas de 6b »… et bien « pas de mental, tout va mal ! »

En escalade, il est important d’accepter l’échec, d’une part parce qu’il est normal, mais aussi omniprésent dans cette discipline.

#2 Se fixer des objectifs

Grimper sans se fixer d’objectifs n’est pas une mauvaise chose en soi, mais si vous souhaitez progresser, cela vous freinera. Pourquoi ? Car les objectifs vous challengeront, rendant ainsi vos séances plus ludiques et productives !

Se fixer des objectifs permet entre autres de lutter contre la monotonie des entraînements d’escalade.

Ces objectifs peuvent être variés, comme :

  • Réussir un certain nombre de voies dans une cotation particulière dans la séance
  • Réaliser 3 blocs à vue
  • Terminer l’année dans une certaine cotation #bonnesresolutions 🎆
  • Etc.

Et puis ne le nions pas, quel plaisir de mettre une croix sur une tâche terminée dans notre TODO-liste. 😁

#3 Être ouvert

Comme on aime le dire chez les grimpeurs : « L’escalade est le sport individuel le plus collectif ».

Grimpe en binôme, échange de conseils, encouragements constants, stimulation des autres… bref, la grimpe tout seul, c’est bien, à plusieurs, c’est mieux ! Et c’est valable pour notre courbe de progression.

Les neurones miroirs, vous connaissez ? Encore une superbe fonctionnalité de notre corps qui nous permet d’intégrer des mouvements à leur simple observation. Vous nous voyez venir… le fait d’observer de bons grimpeurs, dans des blocs ou des voies d’une cotation supérieure à la vôtre, est une arme redoutable pour progresser en escalade.

Lorsqu’on commence à grimper, on a tendance à trop forcer sur nos bras en oubliant presque qu’on a des jambes, on grimpe les bras pliés au lieu de les tendre le plus possible, nos fesses sont loin de la paroi, on grimpe quasi-systématiquement face à la paroi… Et si aujourd’hui notre style de grimpe n’est plus le même, c’est en partie parce que nous avons observé et échangé avec des grimpeurs.

Soyez donc ouvert aux autres lors de vos séances d’escalade car il y aura du bon à prendre partout autour de vous ! C’est aussi ça l’esprit grimpe. 🙂

#4 Avoir confiance en soi

Difficile de parler de qualités à avoir en escalade sans parler de confiance.

Le manque de confiance en soi est un frein à l’épanouissement. Personnel, professionnel ou encore familial, toutes les sphères sont impactées, et cela a tendance à créer un sentiment d’impuissance face à la situation.

Grimper sans avoir confiance en ses mouvements, sans croire en sa capacité à réussir cette ascension qui résonne comme un challenge est un véritable frein à la progression.

Mais la bonne nouvelle dans tout ça, c’est que plus on grimpe, plus on a confiance en soi, et plus on a confiance en soi, mieux on grimpe ! C’est un véritable cercle vertueux.

Si vous n’avez pas confiance en vous, la solution est simple : grimpez, grimpez et grimpez. 🙂

#5 Être calme

Comme dirait Zazie : « Zen soyons zeeeeeeen ». La grimpe est un sport qui demande calme et réflexion.

Nous avons tous déjà subi les frais d’une grimpe trop hâtive :

  1. Je grimpe vite
  2. Mes mouvements sont énergivores et je me place mal
  3. Je fatigue
  4. Je grimpe encore plus vite
  5. Mes mouvements s’apparentent encore plus à ceux d’un bûcheron
  6. Je fatigue encore plus vite

ET LÀ, c’est la chute !

Vous remarquerez que les meilleurs grimpeurs de votre salle sont généralement ceux qui grimpent lentement : avec calme et sérénité. Vous savez, ceux que vous regardez grimper en vous demandant s’ils forcent vraiment !

Parmi les qualités à avoir en escalade, être calme en est une qui nous emmène logiquement vers la suivante : la concentration !

#6 La concentration

L’escalade demande une grande attention à l’environnement qui nous entoure. Grimper, c’est d’abord une affaire d’analyse.

D’ailleurs, si les pratiquants d’escalade, notamment de bloc, sont pour une grande partie des profils ingénieurs-scientifiques, c’est avant tout car cette discipline séduit par son aspect « résolution de problèmes ».

« Comment aller d’un point A à un point B de la meilleure des manières ? ». L’escalade, c’est un algorithme, c’est l’art de résoudre un problème via des opérations successives.

La distraction sera donc votre pire ennemie, grimper demande concentration et réflexion.

#7 L’assurance

Enfin, on ne peut pas vous parler des qualités à avoir en escalade sans vous parler du fait de laisser vos peurs prendre le dessus.

Avoir peur est humain, et même si nous ne sommes pas tous confrontés aux mêmes craintes, il y en a certaines qui se démarquent en escalade.

Votre meilleur ami a peur des araignées, et vous, vous les prenez impassiblement dans la main pour les sortir par la fenêtre ? Vous évitez de prendre l’ascenseur alors que lui ne pense pas une seconde à l’éventualité qu’il tombe en panne. Et puis au pire, le dépanneur arrivera dans 2h, se dit-il. Bref, les peurs et les craintes, c’est une affaire personnelle, et nous ne sommes pas tous égaux face à elles.

Quand on grimpe, les sources de peur se résument généralement à :

  • La peur de la hauteur
  • La peur de la chute
  • Le manque de confiance en son matériel, en son partenaire (en voie)

Si vous êtes dans l’un de ces cas, il est important de travailler sur vous afin d’être capable de mettre de côté ces craintes handicapantes. Le plus important est de considérer que ces craintes qui paraissent insurmontables, sont en réalité sous contrôle, car seul votre cerveau les entretient.

Il n’y a pas de place possible à la peur du vide dans une activité ou l’essence même est de gagner en altitude petit à petit.

Aussi, la peur de chuter n’engendrera qu’un engagement moindre dans vos mouvements, et, in-fine, un moins bon contrôle et provoquera l’effet inverse : des chutes moins maitrisées. La peur de la chute est d’ailleurs en lien direct avec le développement de la confiance en soi. Il est important de considérer que la chute fait partie intégrante de ce sport, il est primordial de l’accepter.

Enfin, l’escalade encordée nous amène à des hauteurs ou la chute est potentiellement mortelle. En ce sens notre assurance vie, c’est notre équipement. Et s’il est bien entretenu et manipulé, il n’y a aucune raison qu’un drame se produise. Les cordes, les systèmes d’assurages ou encore les mousquetons sont prévus pour résister à des chocs bien au-delà de ceux subis lors d’une chute en escalade. Pour être honnête, vous prenez un risque bien plus élevé à chaque fois que vous montez dans une voiture…

Quelles sont les erreurs à éviter en escalade ?

Maintenant que vous avez identifié les qualités à avoir en escalade sur lesquelles travailler, il y a aussi des erreurs à éviter si vous débutez. Grimper les bras pliés, ne pas utiliser ses jambes, grimper face à la paroi, ne pas lire son bloc… On vous les détaille dans notre article sur les erreurs de débutant en escalade à éviter. Avec tout ça, vous allez être au top pour vos prochaines séances !

Nous espérons que les qualités à avoir en escalade évoquées dans cet article vous permettront de cibler des axes de travail intéressants et vous permettront de progresser davantage dans cette superbe discipline qu’est la grimpe.